• Achiata Djiman

Charles De Gaulle, notre compatriote congolais.


Brazzaville, capitale de la France libre.

Brazzaville capitale de la résistance.

Brazzaville ma ville, Capitale de la République du Congo

Brazzaville, ville de repli stratégique pendant la Guerre 39-45.

Brazzaville, ville refuge choisie par le Général de la France libre

Comment peut-on ne jamais parler de Brazzaville, ma ville dans les récits en ce 80ème anniversaire de l’appel à la résistance fait par le Général De Gaulle depuis Londres! Comment peut-on continuer à cacher cette partie de l’histoire à la jeune génération des Français! Comment peut-on continuer à fermer les yeux et les oreilles sur la vérité de l’histoire de France! Comment peut-on ignorer que le Général avait choisi Brazzaville pour organiser la résistance en 1944!

Lorsque les troupes hitlériennes déferlèrent sur la France pendant la deuxième guerre mondiale, un mouvement de résistance prit corps à Londres grâce au Général de Gaulle. Episode de la seconde guerre mondiale assez méconnu, Brazzaville, alors capitale de l’Afrique Equatoriale Française (AEF) abrita pendant un peu plus de deux années le commandement de la résistance.

L’acte fondateur de la France Libre est le discours du 18 juin 1940 dont nous célébrons le 80ème anniversaire cette année. Charles De Gaulle, exilé à Londres, appela les français de tous bords à se joindre à lui.

Une bonne partie de l’Afrique étant sous domination française, les africains étaient aussi concernés.

Après la bataille de Dakar qui s’est déroulée du 23 au 27 septembre 1940, pendant laquelle les Forces Françaises Libres perdirent contre les armées de Vichy, le Général de Gaulle se rendit avec une partie de ses troupes en Afrique Equatoriale Française.


Comment peut-on ne pas dire et redire que le Général De Gaulle a vécu à Brazzaville ma ville à Bacongo un quartier ou il existe sa case, une case appelée case De Gaulle.

Comment peut-on continuer à accepter que l’histoire de France, la France mon autre pays soit tronquée?

Passer sous silence en partie?

Non mes chers compatriotes, non, refusons ce déni et restituons l’histoire réelle telle que déroulée de 1939 à 1945.

Non, parce que Le Général De Gaulle était mon compatriote en 1944 c’est pourquoi moi française venue d’ailleurs je suis votre compatriote.

Sang mêlé depuis la 1ère Guerre mondiale

Nous avons combattu ensemble pour la liberté de la France notre Mère patrie.

Nous sommes morts ensemble pour la France notre mère patrie sans distinction de Couleur, sans distinction de Race et aussi sans distinction de nos origines dans les tranchés pour combattre l’ennemi.

Nous avons lutté ensemble pour la souveraineté de ce que nous considérions comme notre mère patrie. Et nos morts dorment côte à côte dans plusieurs lieux de sépulture.

Et, aujourd’hui, pourquoi devons-nous justifier les raisons de notre présence sur le territoire Français.

Aujourd’hui une partie de nos compatriotes que je qualifie d’ignorant ou amnésique ose nous dire: "rentrer chez vous!"

Non le refuge de Brazzaville n’était pas qu’une parenthèse en 1944 non.

Oui le Général De Gaulle nous a choisis et, il était notre compatriote.

Aujourd’hui nous aussi avons choisi la France pour y vivre et nous avons le devoir de veiller sur nos liens de sang que certains veulent effacer ou ignorer

L’histoire même revisitée ne peut effacer nos liens de sang mêlés tissés à jamais dans les tranchés pour une France libre aujourd’hui.

Pourquoi oublier Brazzaville ma ville, Brazzaville Capitale de la France libre.


Par Achiata DJIMAN

Lyonnaise, née à Pointe-Noire (Congo-Brazzaville)

Juriste-Consultante-Modératrice

Ancienne Avocate au Barreau de Brazzaville.