Tourisme: La "Destination Sénégal" ne fait plus rêver

29/03/2015

 

 

 Après un essor considérable dans le passé, le tourisme au Sénégal est en chute libre. Selon les statistiques, ce pays qui accueillait à lui seul neuf millions de touristes par an, dans les années 1970, n’en reçoit plus que 450.000 aujourd’hui.Cette baisse de performance inquiète certains acteurs qui en recherchent les causes. Le secteur est frappé par une mauvaise gouvernance et la déperdition des valeurs culturelles, dénonce le Syndicat patronal de l’industrie hôtelière du Sénégal (Spihs).

 

Le coût de vie élevé dans les lieux attractifs du tourisme sénégalais contribuerait aussi à la chute. La « destination Sénégal » coûte trop cher aux touristes qui préfèrent donc aller dans les pays comme le Bénin où le billet d’avion et les hôtels sont moins chers. Quel est le touriste qui acceptera de payer autant pour venir plonger les pieds dans l’eau, sous un soleil qui brille aussi bien à Casablanca au Maroc, ou à Monastir en Tunisie pour beaucoup moins.

Les propositions pour attirer les touristes manquent cruellement d’inspiration. Abdoulaye Kane, guide touristique pense que si le secteur touristique n’est plus productif, c’est parce que le Sénégal n’a plus de culture à faire valoir. «Chaque année, c’est la même chose; sur le plan culturel, on n’innove pas; c’est toujours le tambour Djembé qu’on joue; on visite la même chose; rien n’attire plus ici. Notre pays n’a plus rien à faire valoir dans le domaine de la culture».

Au ministère du Tourisme, personne ne veut se prononcer sur la question. Un cadre, ayant requis l’anonymat, a toutefois reconnu que le tourisme traverse une période difficile, mais que le gouvernement fait aussi des efforts pour redorer le blason du secteur. Selon lui, le gouvernement a dégagé, pour cette année, un budget de 12 milliards de Fcfa afin de promouvoir la destination Sénégal. Mais nous savons que ce budget est insuffisant. Mais, le cadre du ministère est aussi optimiste que ces jeunes qui se pavanent sur les plages à la recherche d’un cœur à prendre pour un avenir meuilleur. En association avec les professionnels du tourisme, révèle-t-il, le gouvernement a adopté une cible de 1,5 million de touristes pour les années à venir.

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle