Rétropédalage de Macky Sall: Le "Service après vente" sur le ne convainc pas à Lyon.

21/02/2016

Depuis le discours du président sénégalais Macky Sall concernant le non-respect de sa promesse de réduire son mandat à cinq ans et l'annonce de la date du référendum au 20 mars, les états-majors politiques sénégalais son en plain ébullition. Pas une émission à la radio ou la télévision pendant laquelle on ne parle pas des conséquences du "wax waxëët" de Macky. En bon élève du pape du Sopi, Maître Abdoulaye Wade, il a réussi à jeter en pâture un os sur lequel les sénégalais se sont jetés sans demander leur reste.

Les sénégalais vivant à l'extérieur, soucieux de ce qui se passe dans le pays d'origine, ne sont pas en reste. C'est ainsi qu'à Lyon la mouvance présidentielle a organisé une conférence qui a eu pour thème: «Le projet de réforme constitutionnel», introduit par l’ancien juge et actuel conseiller à l’ambassade du Sénégal à paris, Oumar Guaye.

En ancien acteur émérite de la justice sénégalaise, le conférencier a tenté de convaincre son auditoire sur le bien-fondé de la décision du de Macky Sall. C’est ainsi qu’il s’est presque pris les pieds dans la définition de termes basics appliqués au jargon juridique tels que : «avis», «décision», «constat». A ce niveau, il a rempli sa mission. Mais entre-nous, au pays de Feu Léopold Sédar Senghor, un tel exercice rappel un lointain souvenir de nos cours de récréation de Cp. Cependant, la tentation à la tentative de vouloir faire passer l’aspirine trouve son écho chez des acteurs en quête de solution à une équation politique dont la seule inconnue reste la sincérité de leur leader ou alors tout au moins son manque de vision politique. Sinon comment expliquer que l’on puisse lui laisser faire une telle énormité devant le peuple du Sénégal.

Sans que la salle ait connue une forte affluence, les quelques «convaincus» présents affichaient le sourire qui se lit sur le visage du compagnon qui satisfait. Nul doute que l’expérience de Lyon aura des échos un partout où les nouveaux VRP’s du régime pensent qu’ils ont le devoir sacerdotale de porter la parole explicative du nouveau tube à la mode au Sénégal : « Ma waxoon waxëët… ».  

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle