Tourisme: les meilleures destinations d'Afrique

05/04/2016

Selon le dernier rapport de la Banque africaine de développement (BAD), l'Afrique a compté 65,3 millions de touristes en 2014 soit 200.000 visiteurs de plus qu'en 2013. Grâce à son dynamisme en 2014, le continent a en effet connu une hausse de 4% de sa fréquentation touristique. Une performance qui le classe juste derrière la première destination touristique mondiale qu'est l'Asie du Sud-Est (+6%). L'ambition africaine pour les années à venir est sans équivoque: «libérer le potentiel touristique de l'Afrique», précise la troisième édition du rapport de la BAD, publiée début 2016, intitulée "Africa Tourism Monitor".

Les meilleurs destinations
Le Maroc, l'Égypte et l'Afrique du Sud arrivent en tête des entrées touristiques avec près de 10 millions de visiteurs par an, devant la Tunisie (6,07 millions en 2014) et le Zimbabwe (1,88 million). Par rapport aux deux premières éditions du rapport, seule l'Algérie disparaît de ce top 5. «Nous anticipions que l'Algérie, le Mozambique ou le Kenya figureraient dans la liste des pays africains les plus visités», note sans plus de précisions le rapport de la BAD.
Plus de touristes signifie plus de rentrées d'argent: dépenses des visiteurs sur l'hébergement, la nourriture, les boissons, les divertissements, les magasins et autres services. Au total, l'Afrique a engrangé 43,6 milliards de dollars de recettes en 2014.
Selon l'organisme britannique World Travel & Tourism Council (WTTC), le secteur du tourisme international aurait contribué à hauteur de 8,1% du PIB du continent. Preuve également de ce dynamisme, des emplois ont été créés: guides, personnel aérien, interprètes... Quelque 20 millions de personnes travailleraient dans le secteur, soit 7,1% des emplois en Afrique.


Vers une simplification des visas pour les touristes
Ces dernières années, des initiatives ont été lancées pour inciter davantage de touristes à venir visiter le continent, notamment la simplification des obtentions de visas ou la coopération régionale. Un tampon unique suffit pour l'ensemble des pays membres de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC). Le visa «Kaza» (pour Kavango-Zambèze) a été mis en place entre le Zimbabwé et la Zambie. Enfin, la Communauté d'Afrique de l'Est a lancé un visa commun entre le Kenya, le Rwanda et l'Ouganda. «Ces programmes de facilitation des procédures d'obtention de visas pourraient faire croître les emplois et les revenus générés par le tourisme de 5 % à 25%», précise le rapport.
 

Quels sont les obstacles du secteur touristique?
Quant aux obstacles au tourisme en Afrique, le rapport insiste sur les difficultés de transport à l'intérieur du continent et leur coût encore élevé. «Voyager sur le continent africain ne se fait pas toujours sans heurt», peut-on y lire.
D'autres freins entravent le plein développement du secteur du tourisme en Afrique: manque de politiques incitatives dédiées, une coopération régionale à renforcer, infrastructures insuffisantes et les problèmes sanitaires à l'instar de l'épidémie Ebola qui a touché l'Afrique de l'Ouest en 2013 et 2014. «Elle a nourri une peur qui s'est étendue à de nombreux autres pays pourtant fort éloignés des foyers de l'épidémie», déplore le rapport.
Par ailleurs, le secteur pâtit d'une menace sécuritaire exacerbée depuis 2013, comme au Mali et au Kenya. Le rapport précise que sur les 80 pays pour lesquels le Département d'État américain a émis un avertissement de voyage, 30 sont africains.

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle