Christiane Taubira, souffre douleur de politiques en manque d'arguments.

27/01/2016

«Si vous pensez que Taubira n’est pas un tract ambulant pour le FN mis en avant par François Hollande, c’est que vous n’avez pas compris le cynisme des socialistes. La politique pénale menée par Mme Taubira c’est tout ce qui fait monter le FN». Tels sont les propos tenus par Gérald Darmanin, le député-maire UMP de Tourcoing .
Ce serait un euphémisme que de qualifier cette attaque de violente. Mais une fois n’est pas coutume, le premier ministre Manuel Valls
… avait défendu sa garde des Sceaux à l'Assemblée nationale profitant d'une question posée par l’auteur de ces propos nauséabonds.
Déjà à l'époque (mars 2015 NDLR), mon courroux c’était le silence assourdissant de ces soi-disant «defenseurs des principes de la République» qui squattaient les plateaux des radios ou des télévisions à chaque fois qu’un membre du peuple élu subi une allusion plus ou moins directe et pire, l’élite noire, la queue entre les jambes est occupée à ramasser les miettes qui lui sont promises.

C'était vrai qu'on était en périodes pré-électorales, les états-majors politiques dans leur majorité étaient obnubilés et frileux face à un Front National qui se positionnait dans l’opinion des français comme le premier parti de France.
La France, étiquetée patrie des droits de l’homme est vue sous d’autres cieux comme un endroit où une bonne partie de sa population est sous respectée.
C’est le cas du Haut-Commissariat des droits de l'homme, qui avait fermement condamné les attaques racistes contre la ministre de la Justice de l'époque à l’occasion notamment de la couverture d'un hebdomadaire d'extrême droite publié avec la photo de la Ministre accompagnée de la légende: "Maligne comme un singe".
Ces abus totalement inacceptables perpétrés à l'encontre d'une responsable politique connue en raison de sa couleur de peau sont une manifestation claire de la montée du racisme, de la xénophobie et de l'intolérance à l'encontre des minorités ethniques ou religieuses et des populations d'origines migrantes en France.
Cette énième attaque survenait après qu’une autre ministre noire assimilait la traite négrière comme étant tout simplement l’ancêtre de Pôle emploi. C’est à rien y comprendre. La ministre des Outre-mer débarquant d’outre-cieux déclarait: «Par définition ceux qui sont allés chercher les esclaves en Afrique pour travailler dans les exploitations ne voulaient pas les exterminer, ils voulaient les faire travailler gratuitement».

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle