Démission de Christiane Taubira: Encore un maillon faible de la république française.

14/02/2016

Nous avons appris comme tous les français la démission de la garde des Sceaux, Christiane Taubira à travers le communiqué de l'Élysée de ce matin du 27 janvier 2016: "Madame Christiane Taubira, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, a remis ce 27 janvier 2016, sa démission au Président de la République, qui l’a acceptée. Ils ont convenu de la nécessité de mettre fin à ses fonctions au moment où le débat sur la révision constitutionnelle s’ouvre à l’Assemblée nationale, aujourd’hui, en Commission des Lois.
C'est le député socialiste du Finistère Jean-Jacques Urvoas, qui la remplace. "Il portera, aux côtés du Premier Ministre, la révision constitutionnelle et préparera le projet de loi renforçant la lutte contre le crime organisé et la réforme de la procédure pénale".

Cette démission de la désormais ex-Garde des Sceaux Christiane Taubira n'est que la conséquence logique d'un acharnement d'experts parisiens très "rive gauche" qui ont toujours eu des difficultés à avalé le fait que Fraçois Hollande ait confié une fonction ministérielle régalienne à Christiane avec tout ce qu'elle traine en termes de sous-entendus avec elle. Aujourd'hui, à l'annonce de sa démission, ces mêmes "experts" se sont sucédés sur les plateaux des sreaming medias et des radios pour "vanter" ses qualités et son apport dans la politique française. Que du vent. Ils n'en pensaient aucun mot...

Lors de sa passation de fonction, Madame Taubira déclarait: «Je quitte le gouvernement sur un désaccord politique majeur. Je choisis d'être fidèle à moi-même, à mes engagements, à mes combats, à mon rapport aux autres».

Cette déclaration dévoile entre les lignes le ressenti d'une femme qui malgré tous ses efforts a fini par comprendre qu'il n'y avait plus rien à faire sinon... démissionner comme elle le suggère dans son tweet: "Parfois résister c'est...partir".

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle