Me Aminata Sonko répond à notre rédaction.

01/12/2016

A la suite de l'article de notre correspondante en Guinée, Anita DIAKHATE, qui a réagi à la lettre ouverte que Me Aminata SONKO avait adressé au Président du Sénégal, Macky SALL, Me SONKO a contacté notre rédaction afin d'apporter des éléments de réponse.

Nous vous proposons ci-après sa réponse.

 

 

Chère Madame Anita DIAKHATE,

Chère Admiratrice,

 

Je vous informe par la présente, que j’ai pris personnellement connaissance de votre lettre intitulée “Lettre confidentielle d’une admiratrice à Me Aminata SONKO”; et vous en remercie.

J’aimerais tout d’abord vous dire, à quel point, j’ai été touchée par l’admiration que vous portez à ma personne.

Toutefois, je tiens à vous répondre afin de dissiper tout malentendu.

A titre préliminaire, vous indiquez que votre courrier est une “lettre confidentielle” mais vous la publiez sous forme de lettre ouverte.

Vous précisez également, que j’ai évoqué “l’aide que le gouvernement du pays d’origine de (mes) parents devrait apporter aux compatriotes qui tentent de gagner leur vie à l’étranger”.

Je pense ainsi, que vous n’avez pas compris le sens de mon courrier et j’en suis navrée pour vous et, pour vos lecteurs, puisque vous êtes journaliste.

A travers ma lettre ouverte, j’évoquais le sort de Madame Mbayang DIOP, actuellement détenue en Arabie Saoudite et qui risque la peine de mort par décapitation.

J’ai tenu à faire un parallèle important avec l’actualité brûlante du Sénégal et le récent débat sur la peine de mort, afin de souligner notamment, que le Sénégal ne peut s’opposer à la peine de mort à l’étranger et envisager de la rétablir sur son territoire.

A ce titre, vous n’êtes pas sans savoir, que le Conseiller Spécial Politique du Présent de la République Sénégalaise m’a répondu et a félicité mon initiative expliquant que ma lettre ouverte adressée à Son Excellence le Président Macky Sall s'inscrit dans le cadre de ma mission d’Avocat.

 

En outre, j’ai pu échanger avec votre Directeur de publication que je connais personnellement sur le sujet et il a été l’un des premiers journalistes à connaître ma constitution dans le dossier Mbayang DIOP.

En ce qui concerne l’annonce de la décapitation de Madame Mbayang DIOP, je vous informe qu’à ce jour, la famille de l’intéressée ainsi que les autorités sénégalaises ont démenti officiellement cette fausse information et, croyez-moi, le soir de cette annonce, j’ai passé la nuit au téléphone avec la presse nationale et internationale.

Je n’ai jamais incité le Président de la République à influer sur la justice d’un État mais simplement, à veiller à ce que les droits de la défense qui font partis des droits internationalement reconnus comme fondamentaux soient respectés.

A ce jour, l’Arabie Saoudite a expliqué, par voie diplomatique aux autorités sénégalaises que, Madame Mbayang DIOP ne pouvait se prévaloir de l’assistance d’un avocat étranger et que seul un avocat saoudien pouvait la représenter.

 

Je connais parfaitement l’histoire du Sénégal et je me bats chaque jour, en faveur du respect des droits de nos compatriotes, mais aussi et surtout, de tous les Hommes, sans discrimination aucune.

Mon combat n’est pas seulement celui des exilés ou des minorités.

Mon combat est celui des droits de l’Homme.

Vous comprendrez ainsi, le sens de mon écrit, j’en suis sûre.

Pour toutes ces raisons et tant d’autres, je me permets à mon tour, de vous conseiller d’enquêter, d’investiguer et surtout d’échanger (car ma porte a toujours été ouverte) avant d’affirmer.

 

Veuillez agréer, Chère Madame Anita DIAKHATE, Chère Admiratrice, l’expression de ma considération distinguée.

 

 

Aminata SONKO

Avocat au barreau de LYON

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle