"Allah Akbar" n'est pas un cri de guerre.

04/02/2017

Le peuple de France s’unit avec le soutien de la communauté internationale, chaque fois qu'un acte ignoble est commis contre ses interets au nom de l'Islam. C'est le cas ce vendredi 3 février au Carrousel du Louvre. Un individu s'attaque aux forces de sécurité appartenant au dispositif "Sentinelle".

Suite à ce geste condamnable et inqualifiable l'émotion, les musulmans ne peuvent que se poser des questions sur l'étendard brandi à leurs noms.

La presse dans son ensemble a joué le rôle qui est le sien dans ce genre de situation extrême. Les autorités politiques, quant à eux, en plus de parader, prononcent parfois des paroles blessantes, difficiles à entendre de la part des musulmans qui vivent sur le territoire français. Car l'immense majorité de la communauté musulmane est exactement comme toutes les françaises et tous les français: elle est en résistance face à ce barbarisme qui ne distingue pas le chrétien, le juif, l’athée et même... le musulman. L’émotion est forte et on le comprend. Les pertes inutiles et injustifiées sont énormes depuis le début des vagues d'attentats et on le concède. Mais Il y’ a un «Mais», il ne faut pas franchir le Rubicon. Devant les journalistes, M. Michel Cadot, préfet de police de Paris avait déclaré: "l'individu était menaçant, il a criait "Allah Akbar"...". Cela est strictement réducteur.

Je reviens sur ces propos tenus lors de la visite des autorités policières sur le lieu de l'attentat pour relever un certain état d’esprit en France. Depuis le début des événements on note l’infusion d’un certain discours nauséabond qui veut que «tous les musulmans soient des terroristes». Il faut savoir raison garder. Les citoyens français ou les résidents français de confession musulmane sont dans leur très large majorité meurtris par les images qu’ils découvrent sur les chaines d’information. Ils se sentent aussi concernés. Donc on ne peut doit pas les enfoncer dans une stigmatisation puérile. Il ne faut pas dans ce moment où tout le monde appelle à l’union nationale, que des oiseaux de mauvaise augure tente de trouver des coupables au pull-over rouge. Pour cela, il faudrait aussi mettre en lumière la colère de ceux-la même qu’on n’hésite pas à accuser «orbi et urbi» à la face du monde.

L'affirmation "Allah Akbar" ou "Dieu est grand" est rendue tristement célèbre par les terroristes islamiques qui la lancent en arabe pour prétendument légitimer leurs crimes. Cela ne doit pas réduire ces deux mots à des cris de guerre. La communauté musulmane se retrouve autour de "Allah Akbar" après l'appel du muezzin pour la communion dans la prière. Nous disons "Allah Akbar" comme ce sportif qui rend grâce à Dieu pour la victoire qu'il vient d'offrir à son pays. Nous disons "Allah Akbar" pour que la paix s’installe durablement dans nos cœur. Nous disons "Allah Akbar" pour tous ces déshérités qui souffrent et ceux qui dorment dehors. Nous disons "Allah Akbar" pour une vraie justice sociale. Nous disons "Allah Akbar" pour tous ces "martyrs de la liberté" tombés par la violence des ces barbares qui se réclament d'une religion qui n'est pas la notre.

En France on nous a habitué à un discours estampillé "Républicain". C’est à dire qu'on reconnaît qu’une seule communauté: celle de la République. Mais parfois on se laisse aveugler par une stigmatisation blessante, injuste et facile. La communauté musulmane qu'on entend presque jamais sur les ondes généralistes ou sur les mainstreams est aussitôt sommée de se désolidariser de tel ou tel acte à caractère terroriste.

En 2011, personne n’a été sommé de se désolidariser de l’attaque survenue dans un camp de jeunes en Norvège où un tireur armé déguisé en policier a ouvert le feu sur les campeurs, tuant soixante-neuf personnes et en blessant par balle trente-trois. Il n’y a pas eu non plus d’injonction à la suite d’un bombardement causant la mort de quatre enfants qui jouaient sur une plage de Gaza.

Il n'est pas question de la surenchère, encore moins penser qu’une bêtise peut justifier une autre. Nous voulons juste qu’une telle facilité ne prospère pas dans le discours de tous les jours. Et que, comme la majorité des personnes qui manifeste sa colère et son indignation suite à ce qui c’est passé à Paris, nous sommes Tous des enfants de la même République.

 

Dire "Allah Akbar" ou "Alléluia" nous interpelle Tous les croyants et les appelle à avoir confiance en lui. A l'honorer par des actes nobles et pacifiques, à lui avouer nos fautes, à l'aimer, à aimer son prochain, à lui demander de nous monter le chemin de la rédemption, à lui demander de nous monter le chemin pour sortir de la difficulté...Amen!

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle