Mayotte: L'autre France.

13/03/2018

Situé à mi-chemin entre l'île de Madagascar et le Mozambique à l'est de l'Afrique, Mayotte est un petit ensemble d'îles faisant géographiquement partie de l'archipel des Comores. Surnommée "l'île aux parfums", devenue colonie française en 1843, Mayotte est la seule grande île de l'archipel des Comores à s'être prononcée pour un maintien dans la communauté française. Mayotte s'est séparée du reste des Comores en 1974, lors d'un référendum où les trois autres îles avaient choisi l'indépendance.En mars 2011, Mayotte est devenue le 101ème département français après un référendum organisé en mars 2009. 

À 8 000 kilomètres de la métropole, l'île de l'océan Indien reste un territoire particulièrement enclavé et fait un peu figure de dernière roue du carrosse. Sur ce petit morceau de terre situé entre le Mozambique et Madagascar, la durée légale de travail est toujours de 39 heures et les prestations sociales sont très inférieures aux droits des métropolitains. Résultat, 84% de la population locale vit encore aujourd'hui sous le seuil de pauvreté (959 €/mois) et plus de la moitié des Mahorais vit avec moins de 348€ par mois

 

Avec une population de 256.518 habitants répartie sur 376 km². Mayotte est ainsi la plus forte densité de population de la France. La population de Mayotte a triplé depuis 1985. Une croissance qui s'est ralentie ces dernières années (+2,7% par an entre 2007 et 2012 contre +4,1% entre 1997 et 2002), mais qui demeure préoccupante à long terme. D'après des estimations établies par l’Onu, la population de Mayotte pourrait atteindre près de 500.000 habitants en 2050 et 752.000 en 2100.
Selon un rapport de la Cour des comptes, ce «phénomène unique en France», retrouve ses causes dans un indice de fécondité deux fois plus élevé qu'en métropole (4,1 enfants par femme contre 2) et des flux migratoires «mal maîtrisés». Avec 84.600 étrangers recensés par l'Insee, Mayotte est le département dans lequel la part de la population étrangère est la plus importante (40% contre 35,5% en Guyane). Pour le sénateur Jean-Pierre Sueur, "la première réponse à apporter aux difficultés des Mahorais doit être de résoudre la question migratoire". 95% des étrangers recensés à Mayotte sont des Comoriens qui arrivent par milliers chaque année des îles voisines à bord d'embarcations de fortune, les kwassa-kwassas.

 

Mayotte est le département français qui compte le plus grand nombre de demandeurs d'emploi par rapport à sa population active. Selon les statistiques publiées par l'Insee font état d'un taux de chômage à 36,6% en 2014, soit une moyenne 3 fois supérieure à celle relevée en France métropolitaine la même année (9,9 %).
Les chiffres sont d'autant plus alarmants qu'ils sont probablement très en deçà de la réalité. Depuis près de dix ans après être devenu un département, Mayotte ne dispose toujours pas des mêmes avantages sociaux que la métropole. Ainsi le revenu de solidarité active (RSA), qui a pourtant été augmenté de 50 % depuis sa mise en place en 2011, n'équivaut encore qu'à 50% du niveau national. L'allocation d'aide au retour à l'emploi introduite en 2012 est elle aussi largement sous-évaluée par rapport à l'Hexagone. Le PIB par habitant de Mayotte reste très éloigné de celui des autres régions françaises: en 2012 il était de 7.940€, quatre fois moins que dans le reste de la France (31.100€/habitant) et deux fois et demi plus faible que dans les autres DOM (19.400€).
Symbole de cette différence de traitement: depuis la départementalisation le territoire de l’île ne bénéficie pas d’un maillage administratif adéquat et touchant l'ensemble des Mahorais.

 

Sujet de préoccupation commun à tous les DOM, le coût de la vie représente un enjeu social majeur pour Mayotte. En octobre 2011, l'île avait connu une période de contestation sociale sans précédent de 45 jours menée par une intersyndicale et des associations pour dénoncer la vie chère. La colère des ultramarins, également exprimée aux Antilles et à La Réunion en février 2009 et en février 2012, a poussé l'État à réagir. En octobre 2012, le Parlement a voté en urgence une loi "contre la vie chère" en outre-mer présentée alors comme "une régulation intelligente" destinée à faire baisser des prix entre 30 et 50 % plus chers qu'en métropole. Le texte prévoyait entre autres de renforcer les pouvoirs de l'Autorité de la concurrence en outre-mer pour mettre fin aux ententes et aux abus de positions dominantes des grands groupes. Mais cinq ans plus tard, ses effets peinent encore à se faire sentir.

 

Le mot est fort. Il a été employé par l’ancien procureur de la République de Mayotte à l’occasion d’une cérémonie de l’audience de rentrée du tribunal de l’île. Joël Garrigue dans son réquisitoire, avait déclaré que 2017 pourrait selon lui être l'année du "cataclysme" si la délinquance continuait de s'aggraver en 2016. Le nombre d'agressions physiques avait augmenté de 50 % en 2015 par rapport à 2014 et un tiers des faits de la délinquance totale sont imputables à des mineurs, un chiffre bien au-delà de la moyenne nationale (un peu moins de 20%). Plus de la moitié des Mahorais sont âgés de moins de 18 ans, ce qui fait de Mayotte le département le plus jeune de France. Une jeunesse souvent livrée à elle-même que le système éducatif peine à absorber par manque de structures. Le taux d'illettrisme pour les 16 à 64 ans y dépasse les 40% (chiffre Insee 2012) et le taux de chômage y est supérieur à 25% (25,9% en 2017). À la rentrée 2014, seulement 63,3% des enfants de trois ans étaient scolarisés. Un taux qui a presque doublé en dix ans, mais qui reste très en dessous de la métropole (100%). Ainsi, beaucoup de jeunes désœuvrés et livrés à leur sort virent dans la délinquance et il existe trop peu de dispositifs pour les réinsérer.

Depuis près d’un mois, dans l’indifférence métropolitaine, Mayotte fait part de sa colère au travers d’une grève générale, et se sent comme un territoire oublié de la République.
La visite de la ministre des Outre-mer Annick Girardin, lundi, n’a pas suffi à apaiser les tensions qui s’expriment à Mayotte. 
Devenue colonie française en 1843, Mayotte a fait le choix de rester française en 1974, quand les autres îles de l’archipel des Comores ont fait le choix de l’indépendance. Cette histoire pèse sur le niveau de certains services, qui se sont développés avec du retard. Les habitants de l’île manifestent depuis plusieurs semaines notamment contre l’insécurité, fruit d’une forte immigration clandestine et d’une population où les jeunes sans emploi sont surreprésentés.

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle