Un service pas très "royal" à la RAM.

15/01/2020

Les liaisons de Royal Air Maroc (RAM) vers l’Europe et l’Afrique sont très perturbées, avec des vols retardés ou parfois annulés sans compter les temps d’attente de correspondance qui peuvent paraitre très longues. Ce qui entraîne des tensions dès l’annonce de la mise en place des embarquements.

"Je suis partie de Douala depuis hier à minuit. Et me voici encore dans ce hall à attendre un vol dont je ne sais pas s’il va arriver ou pas". Fulmine une dame qui essaie de trouver une meilleure position sur le siège qui semble étroit pour son gabarit.

Il arrive parfois que des passagers, dont des familles avec enfants soient bloqués en attente de vol. Certains ont patienté plus de 10 heures en zone de transit.

Ce mercredi 08 janvier 2020, des passagers environ 30, ont "patienté" pendant plus d’une demi-heure sur le tarmac après avoir débarqué du vol Dakar-Casablanca AT500. Trente minutes pendant lesquels ils ont été livrés à eux-mêmes, sans aucune assistance ni explication. Des enfants au visage rougis par le froid pleuraient dans leurs poussettes. Certains passagers en transit s’interrogent leurs maigres chances de pouvoir attraper leur correspondance. D’autres s’interrogent sur le bien-fondé d’un stand-up général et forcé au pied de ce gigantesque Boeing-787 de la Royal Air Maroc jusqu’à l’arrivée, enfin, de la navette vers le terminal.

Après avoir traversé une période difficile en 2011, la RAM, transporteur national au Maroc, fondée en 1957, opère depuis un hub à l'aéroport international Mohamed V (CMN) de Casablanca. Elle emploie environ 3.200 salariés et est revenue à l’équilibre en 2012, ce qui lui permet de se lancer depuis lancée dans un vaste plan de développement sur le continent africain. Une flotte de 53 avions vole vers 94 destinations. Celles-ci comprennent 15 villes domestiques et plus de 50 pays à travers l'Afrique, l'Europe, le Moyen-Orient, l'Asie et l'Amérique du Nord, avec un total de 90 destinations dans le monde.

Royal Air Maroc qui a fini de refaire peau neuve avec le renouveau du Terminal 1 pour devenir un hub entre l’Afrique de l’ouest et l’Europe, inauguré en janvier 2019. L’aéroport Mohamed V est passé ainsi de 7 à 14 millions de passagers par an. Une zone de contrôle des passeports dédiée aux passagers marocains. Les améliorations concernent également la suppression de la fiche d’information et un système automatisé de reconnaissance et de contrôle des cartes d’embarquement ce qui permettrait de fluidifier le trafic voyageur. Pour les passagers en correspondance, public essentiel de l’aéroport, une zone de transit a également été ouverte. Mais aucune suppression de points de contrôle, notamment le passage au scanner de tous les bagages entrant dans l’aéroport, ne semble d’actualité, en dépit de nombreux ralentissements, contraignants pour les visiteurs.. Royal Air Maroc dispose également d'accords de partage de code avec neuf autre compagnies aériennes

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle