L’extinction du soleil pour bientôt?

01/04/2020

En regardant autour de nous, on est amené à se poser cette question concernant cette apocalyptique prévision.

Vers un mois de confinement. Le doute s’installe chaque jours dans nos têtes pourtant bien pleines. Les déclarations rassurantes des "puissants de ce monde" envahissent nos espaces déjà remplis par un confinement. Ces déclarations sont décortiqués par des "experts ès expertise" qui eux non plus n’ont pas la solution. Alors on se fie aux réseaux sociaux avec leurs chapelets de promesses farfelues de guérison par le biais d’une plante afro-tropicale et toujours pas de sortie de crise en vue à l’échelle de la planète. Alors on égrène la liste morbide déjà longue de personnalités connues et anonymes dont le seul geste coupable est de vouloir respirer la liberté.

Pendant ce temps, on se pose sérieusement la question à savoir si l’extinction du soleil est pour bientôt. Et pour toute réponse, comme un mauvais rêve, chaque levée de soleil sur les rues désertes nous rappellent l’urgence d’un mal qui rôde et l’impuissance de l’homme face à cette misérable et criminelle créature invisible à l’œil nu. Et  ces événements en rappellent d’autres...

 

Quand on tourne le regard inquiet vers le continent Africain, notre premier geste barrière doit être l’humilité. Le coronavirus a été importé sur le continent, il a démarré moins rapidement qu’en Chine ou en Europe, mais on voit que le nombre des pays infectés se multiplie. Dans certaines villes très peuplées, dans les townships où la promiscuité est grande, le virus risque de rencontrer des conditions très favorable. La volonté de lutter contre sa propagation est bien là, mais beaucoup ne seront pas forcément capables de faire face à la grande vague de l’épidémie.

Des pays d’Afrique ont surpris le monde en gérant de façon très optimale la crise d’Ebola. Le Nigeria, le Liberia, la Guinée... le Sénégal ont su en son temps prendre les mesures appropriées d’identification et d’isolement immédiats lors de cette épidémie. On peut naïvement penser que ces pays sont donc sans doute un peu mieux préparés à affronter le monstre Coronavirus, mais l’importance et la rapidité de la transmission directe interhumaine du coronavirus risque de bouleverser la donne.

 

Plus généralement, les Africains sont à l’écoute. Ils regardent ce qui se passe ailleurs, et apprennent de ce qui s’est d’abord passé en Chine et de ce qui arrive, en ce moment, en Europe. Toutefois, la distanciation sociale n’est pas dans la tradition des peuples d’Afrique, au contraire. Et dans la plupart des situations, notamment dans les villages, le confinement à la maison est quasi impossible. Mais certaines mesures barrières sont déjà adoptées.

Dans la plupart de ces pays, les messages sur les mesures de protection sont transmis par la radio et les réseaux sociaux.

Même si on peut utiliser les chiffres officiels avec prudence comme partout, on peut être tenté de ne pas sombrer très vite dans le catastrophisme outrancier. N’est-ce pas Antonio Guterres?! Toutefois, sans angélisme non plus, cette maladie viendra s’ajouter sur le continent à des situations sanitaires déjà difficiles dans certains pays, voire aux crises humanitaires et économiques déjà existantes.

 

Il est malheureusement vraisemblable que l’Afrique, comme le reste du monde, subisse plusieurs vagues de cette pandémie si elle n’est pas jugulée au plus tôt. L’enjeu, le moment venu, sera d’essayer d’étaler ces vagues le plus possible, pour ne pas saturer les services de santé de ces pays. Selon la crainte ambiante sur le continent, il faudra se donner le temps de trouver et de rendre disponible un vaccin contre le Covid-19 sérieux dont les finalités ne seront pas détournées.

Enfin, la lutte contre la pandémie de Covid-19 en Afrique sera d’autant plus efficace que les pays seront stables. On entend ça et là des annonces paternalistes comme l’occident sait en faire en de pareilles circonstances. Mais l’aide au développement, cruciale pour le moyen et le long terme, est peut-être encore plus importante en ce moment pour aider certains pays à passer à travers la pandémie. Cette aide doit se faire dans des termes respectueux des citoyens de chaque pays à travers des normes reconnues afin d’éviter un certain amateurisme, bourré de bonnes intentions mais dont ces pays n’ont pas besoin.

Please reload

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle